Publié le 19 Avril 2014

Découverte de plantes sauvages en Guadeloupe

Lors de mon voyage en Guadeloupe, j'ai été accueillie à Roche Blanche en Basse Terre près de Petit Bourg, chez des amis Mayon et Georges, pour une journée cueillette et découverte des plantes et arbres de leur jardin. Un véritable enchantement! Voici un échantillon en images....

Tout d'abord, le bois d'inde (Pimenta Dioïca, Pimenta Racemosa) est un arbre très fréquent en Gwada, il s'utilise traditionnellement en cuisine pour ses feuilles et ses grains, mais aussi en utilisation médicinale, en décoction ou infusion pour soigner la toux, c'est aussi un tonique cardiaque. Il est à la base du Bay Rhum.

Le bay Rhum est une lotion obtenue à partir de rhum et de feuilles de bois d'inde macérées, on y ajoute quelques clous de girofle, de la cannelle et quelques gouttes d'huiles essentielles. Il soulage les courbatures, diminuent les refroidissements et douleurs. Il est utilisé en massage pour les sportifs. Une petite bouteille est en préparation chez moi... ;-)

Le Kalanchoe (Zeb Mal tête), photo 3, les feuilles fraîches s'utilisent en cataplasme sur le front.

Le Gros Thym (Plectranthus amboinicus) photo 4, s'utilise en infusion pour aider à digérer, diminue les douleurs des règles, soulage les piqûres d'insectes.

Le Paroka (Momordica Charentia) aussi appelée Margose, Pomme de merveille, photo 5, est une plante grimpante de la famille des cucurbitacés, elle est recommandée pour équilibrer le diabète, stimuler le foie, en infusion avec feuilles fraîches ou séchées, en cataplasme sur les boutons, pour traiter les démengeaisons. Les fruits se mangent cuits (crus trop amers).

La cerise-pays (Acérola, Malpighia emarginata) photo 6,7,8 est reconnue pour sa source remarquable de vitamine C (1000 à 2000mg pour 100g), mais aussi en anti-oxydants, qui lui procurent des propriétés anti-infectieuses et tonifiantes, c'est un super anti-fatigue. On le consomme en jus ou tel quel avec un goût acidulé.

La Rose de Cayenne est une variété d'hibiscus, les fleurs et jeunes bourgeons s'utilisent pour les problèmes respiratoires, on peut préparer un sirop pour soigner les rhumes (photo 9).

Le sapindus est un arbre de la famille des sapindacées, il fournit des fruits riches en saponines, les noix de lavage, détergent naturel antibactérien (photo 10).

Le Roucou est le fruit du Roucouyer (Bixa Orella), arbre d'Amérique du Sud. Après la floraison, il donne des cosses qui passent de la couleur orange-rouge à la couleur marron, avec à l'intérieur des graines. Une fois mûres, on peut dégager les graines et les utiliser comme colorant ou aromate alimentaire. On le retrouve dans la cuisine en Afrique, en Asie et Amérique du sud, certaines populations l'utilisent comme pigments sur la peau. Le grain est riche en caroténoïdes. On en fait de l'huile, en laissant macérer quelques jours des graines dans de l'huile de tournesol ou olive.

Après le déjeuner, Mayon me propose d'aller faire une ballade dans la rivière de la Rose. Nous cueillons quelques feuilles (patchouli (photo 15), hibiscus, basilic, gros thym) pour en faire une eau nettoyante et parfumée pour le corps. Elle avait préparé du shampoing en mixant des feuilles de Cactus- Raquette et de l'eau, un filet de jus de citron, formant un gel bon pour les cheveux.

Une belle journée en immersion dans la nature luxuriante et ressourçante de la Guadeloupe...

Pour en savoir plus, quelques références bibliographiques : Plantes, milieux et paysages des Antilles françaises, écologie, biologie, identification, protection et usages, Claude Sastre et Anne Breuil, Editions Parthenope Collection. 1000 plantes médicinales de la Caraibe de Jean-Louis Longuefosse, Gondwana Editions. Le guide de phytothérapie créole, bien se soigner par les plantes créoles, JL Longufosse, Editions Orphie

Kristell

Un grand Merci à Mayon, Georges et Andy. Photos défilantes compte tenu du nombre : la 1 après la cascadeUn grand Merci à Mayon, Georges et Andy. Photos défilantes compte tenu du nombre : la 1 après la cascadeUn grand Merci à Mayon, Georges et Andy. Photos défilantes compte tenu du nombre : la 1 après la cascadeUn grand Merci à Mayon, Georges et Andy. Photos défilantes compte tenu du nombre : la 1 après la cascadeUn grand Merci à Mayon, Georges et Andy. Photos défilantes compte tenu du nombre : la 1 après la cascadeUn grand Merci à Mayon, Georges et Andy. Photos défilantes compte tenu du nombre : la 1 après la cascadeUn grand Merci à Mayon, Georges et Andy. Photos défilantes compte tenu du nombre : la 1 après la cascadeUn grand Merci à Mayon, Georges et Andy. Photos défilantes compte tenu du nombre : la 1 après la cascadeUn grand Merci à Mayon, Georges et Andy. Photos défilantes compte tenu du nombre : la 1 après la cascadeUn grand Merci à Mayon, Georges et Andy. Photos défilantes compte tenu du nombre : la 1 après la cascadeUn grand Merci à Mayon, Georges et Andy. Photos défilantes compte tenu du nombre : la 1 après la cascadeUn grand Merci à Mayon, Georges et Andy. Photos défilantes compte tenu du nombre : la 1 après la cascadeUn grand Merci à Mayon, Georges et Andy. Photos défilantes compte tenu du nombre : la 1 après la cascadeUn grand Merci à Mayon, Georges et Andy. Photos défilantes compte tenu du nombre : la 1 après la cascadeUn grand Merci à Mayon, Georges et Andy. Photos défilantes compte tenu du nombre : la 1 après la cascadeUn grand Merci à Mayon, Georges et Andy. Photos défilantes compte tenu du nombre : la 1 après la cascade

Un grand Merci à Mayon, Georges et Andy. Photos défilantes compte tenu du nombre : la 1 après la cascade

Rédigé par Association Cueillir

Publié le 19 Avril 2014

Nancie Renaut était le 11 et le 15 avril avec les élèves de CE2-CM1 des écoles de Landévant et Erdeven, pour faire découvrir quelques herbes sauvages et utiles dans nos jardins.

Après la cueillette, ils ont réalisé des mandalas et confectionné de petits gateaux aux herbes, au plus grand plaisir des enfants!

Ateliers découvertes dans les écoles primairesAteliers découvertes dans les écoles primairesAteliers découvertes dans les écoles primairesAteliers découvertes dans les écoles primairesAteliers découvertes dans les écoles primairesAteliers découvertes dans les écoles primairesAteliers découvertes dans les écoles primairesAteliers découvertes dans les écoles primairesAteliers découvertes dans les écoles primaires

Rédigé par Association Cueillir

Publié le 6 Mars 2014

Les prochains ateliers...

Voici les dates et lieux de nos prochains ateliers.

Nous reportons l'atelier sur le plantain à une date ultérieure que nous vous communiquerons...

Inscriptions closes pour la sortie algues.

Pour plus de renseignements, n'hésitez pas à nous envoyer un mail à asso.cueillir@gmail.com

Nancie et Kristell

Profitant d'un grand coefficient de marées, une sortie sur les algues comestibles avec Hélène Denoix, animatrice environnement.

Profitant d'un grand coefficient de marées, une sortie sur les algues comestibles avec Hélène Denoix, animatrice environnement.

Rédigé par Association Cueillir

Publié le 4 Mars 2014

La sève de bouleau

Le bouleau Betula pendula, alba ou pubescens de la famille des Bétulacées est aussi appelé arbre de la sagesse, boule, biole, sceptre des maîtres d'école ou arbre néphrétique d'Europe.

C'est un arbre qui recherche la lumière à l'aide de son écorce blanche.

Le bouleau blanc est utilisé à des fins médicinales dans le nord de l'Europe et en Asie depuis fort longtemps. Son nom proviendrait du mot sanskrit "bhurga" signifiant "arbre dont l'écorce est utilisé comme support d'écriture". Les légendes, les croyances et les rites païens autour du bouleau sont nombreux. Les lapons, les sibériens et les amérindiens le vénéraient pour ses usages multiples : tannage, fabrication de parchemins, de récipients alimentaires, de pirogues, d'outils... sans oublier les pratiques thérapeutiques. Ce n'est pas un hasard si le bouleau est devenu symbole de lumière et de pureté. Des textes anciens au plus récents, tous plébiscitent ses vertus médicinales.

Les feuilles en infusion ou les bourgeons en gemmothérapie sont préconisés contre les inflammations des voies urinaires, contre les calculs rénaux et les rhumatismes.

La sève active la diurèse, permettant l'élimination des toxines, lutte contre les douleurs rhumatismales et musculaires, purifie la peau. Son eau (sève brute) permet de faire au printemps une cure dépurative et revitalisante. Elle est riche en acides aminés, en mucilage, 0,5 à 2% de sucres, en oligoéléments (magnésium, lithium, silicium, cuivre, zinc, potassium, calcium)

Comment récolter l'eau de bouleau?

Nancie, Etel et moi-même sommes allés lundi à Penquesten chez Maryannick et Joseph pour voir cela de plus près. Joseph nous montre et nous explique "c'est comme une prise de sang". On perce avec une perceuse électrique et une mèche d'un calibre assez gros dans le tronc sur 2 à 4 cm de profondeur. On attend quelques secondes et on observe l'eau s'écouler de l'arbre. Alors, on enfonce dans le trou un tuyau en plastique du même diamètre que la mèche. Au bout, on y installe une bouteille en plastique fixée avec de la ficelle autour de l'arbre. Il s'écoule environ 2 litres par 24H, la quantité est variable selon la taille de l'arbre... Entre 10H et 15H, le flux de sève est à son apogée. Est-ce-que la récolte fatigue l'arbre? Lors de la période de remontée de sève en mars, le bouleau brasse plus de 6000L de sève brute. Cette faible ponction ne fatiguera pas l'arbre, à condition de reboucher le trou après la récolte (avec une cheville en bois et de l'argile). Autre point important : il faut immédiatement stopper la récolte quand les bourgeons s'ouvrent.

La cure de bouleau

Sève ou eau de bouleau = sève de l'arbre (crue)

Jus de bouleau = décoction de feuilles (cuit)

Idéalement, comptez 15 à 21 jours de cure pour un effet optimal. Vous pouvez boire jusqu'à 3 verres par jour en dehors des repas dont un le matin à jeûn. Cela dit, un grand verre par jour le matin reste tout-à-fait honorable. Cure qui convient à toute la famille, même les enfants. Idéalement, il faut consommer cette eau vivante le plus rapidement possible pour profiter au maximum de ses bienfaits. Si vous êtes sur place, l'idéal, c'est de prélever tous les 2-3 jours au fur et à mesure de votre consommation.

Ensuite, au bout de quelques jours, elle s'acidifie et fermente (lactofermentation permettant d'empêcher le développement d'agents pathogènes, conservation naturelle) . Elle doit être conservée au frigo 15 jours, 3 semaines maximum.

Alors? Tenté par cet élixir de vie, par cette eau vivifiante?

Nous, archi- conquises, on a déjà commencé notre cure!! ;-)

La sève de bouleauLa sève de bouleauLa sève de bouleauLa sève de bouleauLa sève de bouleauLa sève de bouleauLa sève de bouleau

Rédigé par Association Cueillir

Publié le 2 Février 2014

2500 personnes nous suivent sur Facebook...

2500 mercis pour vos 2500 j'aime !

Rejoignez les nombreux fidèles de notre page Facebook et recevez dans votre fil d'actualités, nos infos sur les sorties, des articles sur les plantes et les post instructifs et ludiques de Nancie à partager...

Rédigé par Association Cueillir

Publié le 31 Janvier 2014

Après-midi Contes au Manoir

Pour se réchauffer au coeur de l'hiver, une addition de plusieurs ingrédients est indispensable : un manoir, un conteur un brin poétique, de savoureuses préparations parfumées de nos bonnes herbes, des musiciens, des lumières scintillantes, un feu de cheminée, des tapis, des coussins, et des amis partout! (et de bonnes indications pour trouver le manoir ;-) )

Tout cela donne un magnifique dimanche 26 janvier à Queven...

Enfin, pour presque tout le monde : un ami s'est embourbé dans un chemin boueux en s'hasardant dans un chemin de traverse à proximité, la dépanneuse s'y est embourbée aussi, la deuxième dépanneuse aussi.... Ces nouveaux compères de boue ont inventé un nouveau conte, moins cosy que celui que l'on vivait près d'une cheminée non loin de là.... Ils s'en sont sortis en fin de soirée avec la troisième dépanneuse, ouf!!

Mais revenons près de notre cheminée, "Dis, c'est quand qu'il va neiger?", Matao Rollo nous emmène sur les chemins durcis par le givre, à travers les forêts figées par la glace. Dehors, l'hiver tarde à recouvrir le pays de son manteau de plumes mais le vent froid crie sous la porte. Dedans, la petite fille attend la neige qui ne vient toujours pas.... "Dis Grand-mère est-ce-qu'il neige dehors?

http://matao.eklablog.com/recent

Quand Matao nous conte, nous voyons des images, entendons des bruits, sentons des odeurs, des frissons nous parcourent, nous partons en voyage....

Ensuite, Vincent Guérin s'est approché avec sa guitare électrique et tous les deux nous ont concocté une surprise alliant magnifiquement la parole et les vibrations des cordes converties en son électrique et créant une ambiance surnaturelle...

Il était alors bien temps de se restaurer un peu, pour nous remettre de nos émotions. Vin chaud, soupe traditionnelle de Provence aux vertus réchauffantes avec de la sauge et de l'ail, des biscuits au sarrasin et aux orties, soupe de lentilles corail aux épices, cake à la consoude, flan d'avoine aux raisins etc....

D'autres musiciens maintinrent cette ambiance réconfortante : avec accordéons, guitares, piano, chant.... et clôturèrent cette journée en beauté.

Merci à tous ceux qui ont participé à la réussite de ce dimanche et ils sont nombreux!

Merci aussi à Coralie pour son joli conte sur l'oiseau et les arbres...Merci aussi à Coralie pour son joli conte sur l'oiseau et les arbres...Merci aussi à Coralie pour son joli conte sur l'oiseau et les arbres...Merci aussi à Coralie pour son joli conte sur l'oiseau et les arbres...Merci aussi à Coralie pour son joli conte sur l'oiseau et les arbres...Merci aussi à Coralie pour son joli conte sur l'oiseau et les arbres...Merci aussi à Coralie pour son joli conte sur l'oiseau et les arbres...Merci aussi à Coralie pour son joli conte sur l'oiseau et les arbres...Merci aussi à Coralie pour son joli conte sur l'oiseau et les arbres...Merci aussi à Coralie pour son joli conte sur l'oiseau et les arbres...

Merci aussi à Coralie pour son joli conte sur l'oiseau et les arbres...

Rédigé par Association Cueillir

Publié le 19 Janvier 2014

Le vinaigre des 4 voleurs

Au XVIIème siècle, lors de la grande épidémie de peste à Toulouse, quatre brigands découvrirent comment détrousser les victimes sans être eux-même contaminés : ils se frictionnaient le corps et le visage et buvaient chaque jour de cette préparation, une macération de plantes dans du vinaigre. Lorsque les voleurs furent arrêtés, ils révélèrent leur secret pour éviter le châtiment. Ils l'avaient tiré d'un vieux remède franciscain, l'Ascetum bezoardicum. Durant la grande peste de Marseille, un siècle plus tard, le vinaigre des 4 voleurs fit à nouveau parler de lui.

Il fut inscrit au Codex en 1748 et vendu en pharmacie comme antiseptique.

Il était composé de vinaigre blanc dans lequel macéraient romarin, absinthe, sauge, menthe, rue fétide, fleurs de lavande, clous de girofle, noix de muscade, ail, cannelle.

Ce vinaigre des 4 voleurs est efficace pour :

-lutter contre les maladies contagieuses et infectieuses (1 cuillère à café chaque jour)

-désinfecter les plaies superficielles et soulager les démangeaisons et piqûres d'insectes

-soigner les cheveux, il donne brillance et fortifie le cuir chevelu

-lutter contre les poux

Voici une recette de Marie-Line Dupuy : 1 litre de vinaigre de cidre bio, 10g d'ail, 5g de menthe, 6g de thym, 10g de cannelle, 6g de sauge, 6g de lavande, 6g de romarin, 6g de clous de girofle, 6g d'absinthe. Laisser macérer pendant 10 jours.

Il est actuellement chez moi en macération. Plusieurs fioles vont être préparées et offertes aux organisateurs de la soirée Contes de dimanche prochain... mais Chuuut.... C'est une surprise....

Rédigé par Association Cueillir

Publié le 5 Janvier 2014

Très belle année 2014 !

Avec cette effervescente rétrospective 2013, il nous pousse des envies encore plus grandes pour 2014...

Prendre autant de plaisir à rencontrer, partager apprendre et transmettre, c'est sûr!

Créer ou remettre au goût du jour de bons remèdes et de savoureuses recettes

Ouvrir nos ateliers à de nouveaux intervenants, se retrouver autour de moments festifs

Admirer de nouveaux coins de nature nous offrant sa belle diversité et s'émerveiller encore et toujours!

Rédigé par Association Cueillir

Publié le 27 Décembre 2013

Les nombrils de Vénus

Lors de vos ballades en forêt, avez-vous vu les nombrils verts flamboyants parmi les couleurs hivernales? Ils poussent en ce moment comme des champignons.

Umbilicus Rupestris, de la famille de Crassulacées.

C'est une plante grasse tapissant les vieux murs, les rochers ou terrains siliceux, on la trouve dans les endroits ombragés et humides. Ces feuilles épaisses, de forme arrondie, glabre, d'un vert vif, formant une dépression au milieu d'où le nom de nombril, renferment beaucoup d'eau, des mucilages et de la vitamine C.

Ils s'utilisent en usage externe pour soigner les plaies, furoncles et légères brûlures, en enlevant la fine pellicule transparente et en appliquant à l'endroit blessé.

En cuisine, ils accompagnent merveilleusement bien vos salades ou crudités.

Vous pouvez composer des toasts originaux en garnissant le coeur des nombrils de tapenade ou houmous ou autres tartinades de votre choix. C'est beau et c'est bon!

Voici un exemple original de tapenade : Eplucher et cuire à la vapeur quelques topinambours pendant 20 minutes.

Dans un petit mixeur, mélanger la chair de topinambour, le jus d'un citron, une gousse d'ail hachée, un filet d'huile d'olive, du cumin, du poivre et du sel. C'est prêt!

Les nombrils ou comment épater vos convives pendant les fêtes!

Canapés de nombrils au guacamole

Canapés de nombrils au guacamole

Rédigé par Association Cueillir

Publié le 25 Novembre 2013

Un trésor de vitamines pour l'hiver

Brunoise de légumes-racines

lacto-fermentés

Ingrédients : 2 carottes, 1 navet, 1 radis noir, 1 panais, 2 échalotes, 3 gousses d'ail, 1 cuillère à soupe d'ortie séché, 1cuillère à soupe d'origan séché, 6g de gros sel, baies de coriandre, baies roses

Eplucher et laver les légumes, les couper en morceaux, les passer au petit mixeur, par à-coups pour obtenir une brunoise.

Mélanger dans un saladier les légumes avec le gros sel et les herbes hachées.

Stériliser les bocaux, placer la brunoise dans des petits bocaux en pressant bien avec le dos de la cuillère, rajouter de l'eau jusqu'au bord du bocal, poser le couvercle dessus sans le fermer. Placer le tout près d'une source de chaleur pour que la température soit comprise entre 18 et 22°C. Laisser la fermentation se faire pendant 3 jours (l'eau peut déborder), puis fermer bien le bocal et attendre 3 semaines avant de consommer (conserver dans un endroit sombre et frais, durée de conservation jusqu'à 1 an).

Ce processus de fermentation fournit des vitamines supplémentaires (vitamine A, C et du groupe B), et développe des enzymes et des probiotiques précieux pour la flore intestinale notamment en hiver...

Vous pouvez les consommer sur des tartines avec du chèvre frais, en condiments dans une vinaigrette, ou en accompagnement du poisson ou de salades.

Bon appétit!

Rédigé par Association Cueillir